PRESSE


 

J’ai toujours aimé jouer avec les couleurs et toute jeune déjà, au lieu de faire mes gammes (dans ma famille, si on est artiste, on est musicien !), je me cachais avec mes crayons. Les nécessités de ma vie m’ont pourtant tenue bien loin des pinceaux et j’ai dû poursuivre une carrière d'assistante de direction jusqu'en 1998.

 

Pendant tout ce temps, peindre, j’y ai pensé souvent comme à quelque chose d’inaccessible que quatre enfants à la maison et un travail à temps plein ne me permettaient pas d’aborder.  Ce rêve très têtu n’a jamais voulu me quitter et, à l’âge de la préretraite, il est devenu essentiel.  J’ai donc cherché à le réaliser, tout en pensant naïvement que faute d’avoir commencé à temps, j’en ferais un gentil loisir.  Et me voilà au cœur d’une passion de tous les instants, dans un chemin semé d’étoiles… mais souvent chargé d’épines.


Après avoir essayé toutes les techniques, l’aquarelle s’est imposée à moi comme une évidence. Sa magie, sa transparence, sa légèreté, sa force, sa lumière me comblent de bonheur.  Ses caprices me font enrager.  Entre nous il y a de la passion et de la colère, de l’aventure, de la joie, du compagnonnage, de la révolte.  Bref… de l’amour !

 

Après quelques essais en autodidacte, une curiosité insatiable et un grand besoin de progresser m’ont poussée à me rapprocher des artistes dont j’admirais les œuvres.  J’ai eu le privilège de travailler avec  Reine-Marie Pinchon, Maryse de May, Marc Folly, Annick Nuger, David Chauvin, Joëlle Krupa-Astruc, Bernadette Galle, Jean-Claude Papeix, Bénédicte Stef-Frisbey… qui m’ont ouvert des chemins de liberté et de créativité


Pour partager ce bonheur, j’ai fondé puis accepté de présider Aquarev’Plus (voir le site http://aquarevplus.izispot.com ). Aujourd’hui j’y anime, à titre bénévole, des ateliers bihebdomadaires auprès de 90 adhérents. Ensemble, nous vivons de grands moments et montons des projets de plus en plus ambitieux.  En juillet 2010, la  première édition du Salon Françoise d'Aubigné à St Gelais (79) a ouvert les portes d'une biennale reconnue sur le plan national.


Parallèlement, j'ai travaillé  pour deux magazines d’art nationaux (Aquarelle facile et Atelier Peinture et Dessin) à travers des pas-à-pas.  Les messages de satisfaction qui me me sont parvenus à chaque parution ont été pour moi une récompense et une grande source de joie.


Tout ceci m'a laissé peu de temps pour monter des expositions personnelles et  n’ayant aucun goût pour la compétition, je participe à très peu de concours.  Certains salons régionaux, soigneusement sélectionnés en fonction de l’esprit qui y règne plus que de leur importance, m’ont néanmoins accordé quelques récompenses.